S’abonner à la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour rester au courant de toute l'actualité EdTech !

Derniers Tweets
294 Following
281 Followers
Le leader indien @BYJUS se constitue une position de mastodonte de l'écosystème #EdTech en enchaînant les acquisiti… https://t.co/9ludWLOEKx
7 days ago
Une prise de contrôle inédite pour @blackstone dans un secteur #EdTech en plein essor à travers @simplilearn ! Et c… https://t.co/sRvVbgMJeC
8 days ago
Qui sommes-nous ?
Etudiant à l'ESCP BS, passionné par l'éducation 👩‍🎓👨‍🎓
Étudiante du Programme Grande École d'HEC Paris
Co-fondateur du groupe 2Empower (Major-Prépa, Business Cool, Up2School, etc.)
Étudiant à HEC Paris (Programme Grande École).
Etudiante à HEC Paris
Epic Visuel

Byju’s signe un deal épique pour 500 millions

Vous n’étiez pas encore persuadé de l’importance et de la puissance de la licorne indienne Byju’s dans l’échiquier international que constitue l’univers EdTech ? Voilà qui devrait pourtant convaincre. Après avoir acquis en avril dernier AESL (Aakash Education Services Limited) pour presque 1 milliard de dollars, Byju’s a annoncé mercredi 21 juillet s’être également offert Epic!, la plateforme américaine d’apprentissage de la lecture en ligne, pour 500 millions de dollars.

Une nouvelle acquisition de startup EdTech pour le géant indien (Byju’s a acquis 12 entreprises EdTech depuis sa création) qui lui permet de s’implanter un peu plus sur le marché américain. Une occasion aussi de toucher un nouveau public en Amérique du Nord qui s’est particulièrement développé dans le contexte de la crise sanitaire.

Le deuxième plus gros deal de Byju’s

Byju’s a annoncé avoir acquis l’entreprise américaine Epic! pour 500 millions de dollars, ce qui constitue sa deuxième plus importante acquisition après AESL en avril dernier. Epic! a été fondée en 2013 par Suren Markosian et Kevin Donahue, et propose du contenu numérique au jeunes enfants du segment K12, notamment pour apprendre à lire (audiobooks, vidéos, etc.).

Capture d’écran du site Epic!

Epic!, qui fonctionne selon un modèle freemium (une partie du contenu demeure gratuit, l’autre accessible après souscription à un abonnement payant), serait utilisé à l’heure actuelle par près de 50 millions de jeunes enfants aux Etats-Unis. Un chiffre qui aurait doublé depuis le début de la crise sanitaire, et l’explosion de la demande de modèles éducatifs alternatifs au présentiel, en particulier pour le segment K12. La plateforme fait également mouche auprès des professeurs des écoles, qui seraient plus de 2 millions dans le pays à l’utiliser en classe.

L’acquisition d’Epic!, tout comme celle d’AESL, a été rendue possible par des levées de fonds colossales menées par Byju’s au cours de ces derniers mois (plus d’un milliard en 2020 !). Rien que pour sa Série F entre mars et juin 2021, la licorne indienne a levé plus de 800 millions de dollars…

Epic!, ou le symbole d’une croissance à l’international

Byju’s n’en est pas à son coup d’essai en termes d’acquisitions outre-Atlantique : la pépite indienne avait déjà acquis pour 120 millions de dollars en 2019 Osmo, un concepteur américain de jeux éducatifs.

Avec Epic! et ses 50 millions d’utilisateurs, Byju’s s’ouvre un peu plus la porte du marché américain. Une audience qui semble bienvenue afin de développer la nouvelle marque internationale de Byju’s : Byju’s Future School, qui propose par exemple aux Etats-Unis des cours de maths privés en ligne.

Avec Osmo, Byju’s Future School, et Epic!, Byju’s s’attend à générer plusieurs centaines de millions de dollars de CA cette année sur le marché américain.

A quand une introduction en bourse pour la licorne EdTech indienne, comme ses consoeurs américaines Coursera ou Duolingo ? Réponse du fondateur, Byju Raveendran :

“At our scale and maturity, the business model allows us to go public at any point of time – that’s always an option for us. But there is strong demand from private markets too, including global investors.”

“Going public is the next big milestone but broadly we will think of an IPO in the next 15-18 months, but that’s not a strict deadline as we don’t hace to do this to give an exit to investors.”


Citations extraites du site The Economic Times

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts