S’abonner à la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour rester au courant de toute l'actualité EdTech !

Derniers Tweets
296 Following
340 Followers
En août, l' #EdTech @EMERITUS_INST levait 650 millions de dollars 🔥💰 Un nouveau géant alternatif à @2Uinc ? https://t.co/kh6XUZmD6w
15 hours ago
Qui a dit que les cours en ligne ne se résumaient qu'aux #MOOCs ? 🧐 Retour sur le cohort-based learning, dans cet… https://t.co/0veLKOs3MS
19 hours ago
Qui sommes-nous ?
Étudiant à l'ESCP BS, passionné par l'éducation 👩‍🎓👨‍🎓
Étudiante du Programme Grande École d'HEC Paris
Co-fondateur du groupe 2Empower (Major-Prépa, Business Cool, Up2School, etc.)
Étudiant à HEC Paris (Programme Grande École).
Étudiante à HEC Paris
HEC Ventures Paris

HEC Ventures : zoom sur le premier fonds d’investissement issu d’une école de commerce

Une création originale dans le monde des Grandes Écoles de commerce : un fonds de capital-risque, fruit du partenariat entre HEC Paris et Idinvest Partners ! Né en juillet 2020, HEC Ventures a vocation à soutenir les start-ups des diplômés de l’école jovacienne. Habituée à former des cohortes d’étudiants qui travaillent dans le Venture Capital, HEC Paris entend enfin profiter de cette classe d’actifs !

Une initiative pionnière dans le monde des business schools européennes

Inspiré par l’élite des grandes universités américaines, HEC Ventures est une première en Europe. Outre-atlantique, cette politique de gestion s’inscrit dans la poursuite de ladite troisième mission de l’université, communément appelée « service à la société ».

Ainsi, en plus de leurs missions classiques de recherche et d’enseignement, les prestigieuses universités américaines ont significativement renforcé leur interaction avec les entrepreneurs et entreprises.

L’American Research and Development Corporation (AR & D) en est la preuve vivante ! Fondé en 1946 par des personnalités universitaires (Georges Doriot, professeur à Harvard, et Karl Compton, président du MIT), il est la première société de capital-risque de l’histoire.

La liste des fonds gérés par les universités (university venture capital and private equity funds)

Assez méconnue du grand public, cette politique de gestion a été reprise récemment par l’institution parisienne. En effet, HEC Ventures a été créé début 2020 en partenariat avec Idinvest Partners. Ce dernier est un champion du capital-investissement devenu partie intégrante du groupe Eurazeo. Disposant déjà d’une communauté de plus de 60 000 Alumni et d’un incubateur à Station F, la force du réseau HEC n’est plus à prouver. Mais cela ne l’empêche de perpétuer sa tradition : « apprendre à oser ». HEC Ventures s’est donc imposé comme un choix naturel, continuum de sa veine entrepreneuriale.

HEC Ventures : une stratégie d’amorçage de premier choix pour les start-ups des diplômés

L’école constitue un vivier de start-ups, pépites de la French Tech. En effet, les élèves et anciens d’HEC créent chaque année plus de 130 start-ups. C’est le cas d’Iroko, une FinTech tricolore spécialisée dans l’épargne immobilière en ligne à travers des SCPI exonérés de frais de souscription. Celle-ci a ainsi été l’un des premiers investissements du portefeuille de HEC Ventures (3 millions d’euros). Fin 2020, le fonds avait déjà réalisé une levée de 20 millions d’euros majoritairement auprès de ses anciens élèves. Son objectif : gérer à terme 30 millions d’euros de fonds et un portefeuille de 25 sociétés en 4 ans.

Au delà de la performance financière, le fonds souhaite aussi asseoir le rayonnement de la marque HEC Paris et consolider l’affectio societatis qui lui est si cher. Il cible principalement les start-ups en phase d’amorçage, en seed ou plus établies (série A). Sa stratégie se concentre sur le digital (SaaS, internet grand public, technologie). Le fonds vise à investir au moins à 80% dans des projets d’anciens étudiants.

Un phénomène appelé à se propager ?

Nombre d’écoles affirment leur volonté d’investir dans des projets à travers la mobilisation de leur trésorerie à ces fins. A l’heure actuelle, aucune n’a franchi le pas. En effet, gérer un fonds d’investissement ne s’improvise pas. Le rapport de gestion de Yale, dont l’endowment s’élève à 31 milliards de dollars et qui place plus de 20% de cette somme en Venture Capital, illustre parfaitement les possibilités offertes par ce type de gestion.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts