EdTech Capital est un média du groupe 2Empower.
Derniers Tweets
Qui sommes-nous ?
Analyste VC ​​📈​ Master in Management ESCP BS ​🎓​
Étudiante du Programme Grande École d'HEC Paris
Co-fondateur du groupe 2Empower (Major-Prépa, Business Cool, Up2School,…
Pierre Faury est étudiant à HEC Paris (Programme Grande École). Il a…
Étudiante à HEC Paris

Des dizaines de milliers d’emplois supprimés : quelles conséquences pour les EdTechs chinoises ?

EdTechs chinoises

Nous nous inquiétons depuis quelques temps : les pratiques marketing fallacieuses des EdTechs chinoises avaient poussé le gouvernement à sévir en prenant des mesures drastiques contre celles-ci. C’est donc tout le secteur qui a été pris par un vent de panique et l’effondrement ne s’est pas fait attendre. L’histoire de la EdTech chinoise, autrefois marché dynamique et prometteur, a des airs de ressemblance avec le mythe d’Icare. Après avoir sans doute trop joué avec le feu, elle subit aujourd’hui le revers de la médaille. Et l’importance des dommages collatéraux nous rappelle l’ampleur du désastre !

Les professeurs, victimes indirectes des répressions gouvernementales

Qui dit mesures répressives dit perte d’emplois pour le secteur EdTech chinois. En effet, la nouvelle régulation interdit les groupes de tutorat en ligne d’embaucher des professeurs étrangers basés en dehors de Chine. Ainsi, ce serait 48 000 emplois qui auraient été anéantis ces derniers mois. Les premiers touchés : les professeurs étrangers, et en particulier ceux enseignant l’anglais. Américains, britanniques ou même philippins, ils ont été nombreux à donner des cours pendant la pandémie. Dorénavant, ils ne pourront plus poursuivre leur profession en ligne, une catastrophe notamment pour les professeurs philippins qui travaillaient pour la plupart à plein temps.

Innover pour survivre : une aubaine malgré tout pour les EdTechs chinoises ?

Sur le court terme, l’incertitude qui envahit tout le secteur EdTech est inquiétante. Les géants de la EdTech ont drastiquement réduit leurs effectifs. Mais certains optimistes déclarent que ces restrictions pourraient bien déboucher sur une évolution du secteur. Le e-learning est un secteur en pleine expansion. L’occasion donc pour les EdTechs chinoises de jouer la carte de l’innovation avec de nouveaux produits. Leur nouveau terrain de jeu ? Des segments d’activité plus étroits tels que des cours spécialisés en robotique ou coding, la formation pour adultes ou encore le développement de nouvelles applications d’apprentissage des langues en Chine.

Le marché est donc en pleine recomposition. L’avenir semble incertain mais les nouvelles mesures pourraient bien sonner le début d’une nouvelle ère pour la EdTech chinoise. Va-t-elle se brûler les ailes et chuter après avoir atteint des sommets ? Affaire à suivre de très près…

Total
0
Shares
Laisser un commentaire
Related Posts