Derniers Tweets
Qui sommes-nous ?
Étudiant en Master à ESCP BS, passionné par l'éducation 👩‍🎓👨‍🎓
Étudiante du Programme Grande École d'HEC Paris
Co-fondateur du groupe 2Empower (Major-Prépa, Business Cool, Up2School, etc.)
Étudiant à HEC Paris (Programme Grande École).
Étudiante à HEC Paris
Nanaba Visuel Screen

Nanaba : la EdTech niçoise qui lève un demi-million d’euros pour optimiser l’usage des écrans

Fin octobre, la jeune startup niçoise créée en pleine crise sanitaire il y a moins d’un an par Anne-Laure Monier et Olivier Guérin annonçait une levée de fonds de 500 000 euros (crowdfunding) pour accélérer le développement de son application et se développer à l’international.

Plutôt que de chercher à tout prix à éloigner les jeunes enfants de leurs téléphones, tablettes et consorts, Nanaba optimise le temps passé devant ces écrans, tout en offrant aux parents un moyen de contrôle intelligent sur les activités numériques de leurs enfants. Focus sur cette jeune pépite EdTech à la proposition innovante.

Capture d’écran du site Internet de Nanaba

Nanaba, ou comment optimiser le temps passé face aux écrans de son enfant

La vision de la jeune startup EdTech Nanaba repose sur une idée simple :

“L’innovation de Nanaba est la possibilité de bloquer les autres applications pour obliger l’enfant à faire des quiz ludo-éducatifs s’il souhaite continuer à jouer sur son téléphone ou sa tablette.”


Citation extraite du site Internet de Nanaba

L’objectif n’est assurément pas de rentrer dans une logique de limitation voire de privation forcée d’outils qui, de toutes façons, feront partie intégrante du développement personnel des jeunes de ce siècle. Il s’agit davantage pour Nanaba d’optimiser de manière pertinente leur utilisation :

“En tant que maman et cheffe d’entreprise, il m’arrivait de laisser mon fils des heures sur son portable, à regarder des youtubeurs qui jouaient à des jeux vidéo pendant que je télétravaillais. C’est alors que l’idée de l’application Nanaba est née, imaginer une app éducative qui mettrait en pause toutes les autres. Une pause pendant laquelle serait proposée une petite séance de révisions ludique.”


Anne-Laure Monier, CEO de Nanaba

D’après le site Internet, Nanaba enregistre déjà (moins d’un an après sa création) plus de 50 000 téléchargements pour plus de 700 000 quizz réalisés par ses utilisateurs.

Nanaba fonde son modèle pédagogique sur la méthode des « répétitions espacées » : un apprentissage à intervalles réguliers à travers des questionnaires ludiques via un blocage de l’application en cours d’utilisation par l’enfant sur le support électronique, pour améliorer la mémorisation de l’information. Des répétitions qui atténuent l’effet mis en exergue sur la « courbe de l’oubli » d’Ebbinghaus :

Courbe de l’oubli d’Ebbinghaus, extraite du site Internet de Nanaba

Nanaba utilise un algorithme afin de déterminer les connaissances et lacunes de chaque enfant, et calculer les intervalles de révisions nécessaires à un apprentissage optimisé. Les parents peuvent sélectionner en amont un ensemble d’applications pouvant être bloquées par l’application : l’enfant doit alors répondre à un quizz en allumant sa tablette (ou autre outil) afin de pouvoir utiliser les applications en questions.

“Une fois le quiz terminé par l’enfant, il peut reprendre le contrôle de son téléphone ou de sa tablette et vaquer à ses occupations. Tu peux gérer le blocage des applications à distance et paramétrer la récurrence des quiz depuis ton écran. Si ton enfant utilise son téléphone pendant deux heures, tu peux, par exemple, activer le verrouillage qui déclenchera des exercices toutes les 20 minutes pendant l’utilisation de l’application que tu auras choisie.”


Citation extraite du site Internet de Nanaba

Nanaba propose également une offre B2B, avec Nanaba Business : un service qui promeut une amélioration du bien-être collaborateur (réduction de stress, réduction de la charge mentale liée à la surveillance des activités numériques des enfants…).

Capture d’écran du site de Nanaba

La startup propose quatre types d’abonnements adaptés selon les différents besoins des enfants et de leurs parents, de 2 euros par mois (“P’tits boosters”) à 9 euros par mois (“Family Pack”).

La startup niçoise lève un demi-million d’euros

Une levée de fonds qui devrait permettre à Nanaba de développer davantage son application et de s’étendre à l’international. La startup était également présente aux divers salons récents (Educatec Educatice).

D’après les informations transmises par Var-Matin, une deuxième levée de fonds devrait permettre à Nanaba de développer une version de son application adaptée au marché américain. L’occasion également pour la jeune startup d’agrandir son équipe de collaborateurs !

Total
0
Shares
Laisser un commentaire
Related Posts