S’abonner à la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour rester au courant de toute l'actualité EdTech !

Derniers Tweets
294 Following
281 Followers
Le leader indien @BYJUS se constitue une position de mastodonte de l'écosystème #EdTech en enchaînant les acquisiti… https://t.co/9ludWLOEKx
7 days ago
Une prise de contrôle inédite pour @blackstone dans un secteur #EdTech en plein essor à travers @simplilearn ! Et c… https://t.co/sRvVbgMJeC
8 days ago
Qui sommes-nous ?
Etudiant à l'ESCP BS, passionné par l'éducation 👩‍🎓👨‍🎓
Étudiante du Programme Grande École d'HEC Paris
Co-fondateur du groupe 2Empower (Major-Prépa, Business Cool, Up2School, etc.)
Étudiant à HEC Paris (Programme Grande École).
Etudiante à HEC Paris
levées de fonds

Top 10 des levées de fonds des EdTechs françaises en 2021

2020 a été une année de triomphe pour le secteur EdTech. En effet, la crise du coronavirus a joué un rôle de catalyseur pour les nouvelles technologies de l’éducation. Véritable accélérateur de l’histoire, elle s’est traduite par une explosion des investissements dans le monde qui ont plus que doublé en 2020, pour atteindre 16 milliards de dollars.

Alors qu’un retour à la normale, ou du moins vers un « monde d’après », était attendu, l’année 2021 se profile comme une nouvelle année record pour les pépites technologiques de l’éducation. Aujourd’hui plus que jamais, le secteur EdTech apparaît comme le grand gagnant de la pandémie et les levées de fonds qui se succèdent sont là pour le prouver !

2021 est ainsi une année pleine de promesses, en particulier pour l’EdTech européen, propulsé par le lancement de l’European EdTech Alliance, qui gagne du terrain face aux géants sino-américains. La France a vu éclore le secteur EdTech, une filière qui connaît aujourd’hui une belle ascension dans le pays.

Les investissements en Europe dépassent le milliard d’euros pour la deuxième année consécutive

Voici donc un top 10 des opérations qui ont fleuri ces mois derniers dans l’Hexagone :

11. Freemaths, la naissance d’une petite licorne française ? (Seed)

Cette plateforme spécialisée en mathématiques a vu le jour en 2018. Elle vient tout juste de boucler une levée de fonds qui porte sa valorisation à plus de 12 millions d’euros. Ces fonds recueillis auprès de Business Angels, la famille Houzé à la tête des Galeries Lafayette, lui permettront ainsi de développer ses solutions de correction automatique ayant recours à l’IA et de s’implanter à l’étranger.

10. Myfuture, le roi de l’orientation (Seed)

L’orientation et l’insertion professionnelle des jeunes : voici les sujets auxquels s’attaque Myfuture, une entreprise à impact qui soutient les 14-24 ans dans leur recherche de première expérience professionnelle. La Banque des territoires qui œuvre pour financer des projets au service de l’intérêt général, le fonds Generali Investissement à Impact, la NEF ainsi que trois Business Angels ont investi en fonds propres dans la start-up. Au total, 775 000€ devraient aider l’entreprise à développer une offre d’alternance et le processus d’orientation dans les métiers en vidéo.

9. On Train, la discrète mais prometteuse EdTech (Seed)

Cette agence de formation digitale dans le domaine de la tech fondée en 2018 offre des programmes sur-mesure à des salariés déjà familiers du milieu. Data Analyse, Growth Marketing, Product Management : elle propose de renforcer leurs compétences dans ces milieux. Son modèle semble plaire : la jeune pousse a levé 1 million d’euros auprès de Bpifrance et de Business Angels. Elle souhaite ainsi renforcer son offre de cours en visioconférence et doubler ses effectifs.

8. Wiloki, le soutien scolaire de demain (Seed)

Wiloki, c’est une affaire de famille ! Créée en 2018 par une fratrie des Yvelines, enfants des créateurs des célèbres Adi et Adibou, la plateforme éducative offre un soutien scolaire personnalisé ludique. 100 000 inscrits pendant le confinement : la start-up locale gravit les échelons. Elle vient ainsi de boucler une levée d’1 million d’euros auprès du fonds Invus. De cette façon, elle pourra élargir sa gamme (podcasts, vidéos, quiz…), développer ses algorithmes et préparer son ouverture au marché européen dans les deux années à venir.

7. Crocos Go Digital, un pari ambitieux (Série A)

La start-up marseillaise est spécialisée en neuro-éducation. Elle offre des solutions numériques pour aider les enfants qui souffrent de troubles cognitifs. Crocos Go Digital a levé en février 1,4 million d’euros pour mettre au point son outil de détection automatique de dysfonctionnement cognitif de l’enfant. L’entreprise pourra par conséquent développer sa recherche (avec le marquage CE de ses dispositifs médicaux) et développer sa stratégie de développement à l’étranger.

6. Mobidys, la lecture accessible à tous

La jeune Nantaise Mobidys fondée en 2015 souhaite faciliter la lecture pour les personnes souffrant de troubles d’apprentissage dits “dys”. Elle propose notamment les livres FROG, des ebooks intégrant des outils numériques pour rendre la lecture plus facile (affichage du texte, personnalisation, repères visuels…). L’entreprise vient de boucler début mars un tour de table de 2 millions d’euros. Financée par la Banque des territoires, MAIF Investissement Social et Solidaire et France Active, Mobidys a aussi bénéficié d’un prêt innovation de Bpifrance. Elle pourra ainsi développer une offre de manuels scolaires adaptés aux personnes présentant des troubles cognitifs.

5. Whaller, l’avenir du réseau social (Seed)

L’avenir de Facebook, le voici ! Réseau social privé 100% sécurisé, Whaller permet aux structures telles que les écoles de construire leur propre réseau collaboratif. Campus numérique, continuité pédagogique et réseau d’alumni : voici tout ce que concentre ce réseau social du futur. Il a été lancé en 2014 par Thomas Fauré et vient de réaliser sa première levée de fonds de 2 millions d’euros auprès d’investisseurs privés pour accélérer son développement et financer sa croissance en France.

4. IconoClass, l’anti-école de commerce (Seed)


Comme son nom l’indique, IconoClass a vocation à casser les codes ! La jeune pousse française créée en 2019 est la première école dédiée à la formation de business developers. Elle se présente comme une alternative aux écoles de commerce et garantit un CDI à la fin du cursus. Le 10 juin dernier, elle a accéléré son développement avec une levée de fonds d’un montant de 3 millions d’euros auprès de Brighteye Ventures, Mustard Seed Maze et de Business Angels. Son principal objectif ? S’implanter à Londres et y lancer une promotion en janvier 2022. Mais elle souhaite aussi déployer ses formations en ligne et en anglais grâce à une plateforme Tech.

3. MentorShow, le Netflix du e-learning (Seed)

Lancée officiellement en mars 2020 par l’entrepreneur Mathieu Moreno, la plateforme MentorShow propose des masterclass pré-enregistrées animées par des célébrités. Frédéric Mazzella (BlaBlaCar), Tony Parker ou encore Cyril Lignac : les intervenants sont des experts de renom dans leur domaine ! MentorShow se présente comme le pendant français de l’Américain MasterClass et compte bien se faire une place sur le marché EdTech français. En effet, elle vient de recevoir en février 3,8 millions d’euros lors d’une première levée de fonds réalisée auprès de Left Lane Capital et de Business Angels.

2. OpenClassrooms, une ronde pour consolider son leadership (Série C)

OpenClassrooms, figure de proue européenne de la formation, a déjà démontré son succès. Entreprise à mission et certification BCorp : l’école en ligne est reconnue dans son milieu. L’histoire a débuté par la rencontre de Pierre Dubuc et Mathieu Nebra, encore enfants, qui ont créé leur premier cours de programmation en ligne en 1999. Aujourd’hui, c’est avec Le Wagon qu’OpenClassrooms continue son ascension grâce au lancement d’un double cursus innovant. La start-up tricolore a donc de beaux jours devant elle ! C’est pourquoi elle a lancé en avril dernier une série C. Elle a récolté 80 millions de dollars pour renforcer ses programmes. Menée par Lumos Capital Group, cette levée de fonds s’inscrit dans la lignée de son développement et une folle croissance de 250% au premier trimestre 2021.

1. Ornikar, un géant tricolore en devenir (Série C)

Mais où est donc Ornikar ? En tête de liste des auto-écoles ! La jeune entreprise, pionnière sur le marché du permis de conduire, propose une formation de conduite low-cost. De cette façon, elle entend révolutionner l’auto-école. Son modèle est tout droit inspiré de la plateforme Uber. Le client ne rémunère non pas le professeur mais le véhicule.

Fondée en 2013 par Benjamin Gainault et Flavien Le Rendu, elle a vite étendu son catalogue. L’introduction en 2020 d’Ornikar Assurance, une solution innovante adaptée à chaque particulier, en est un exemple. Qui plus est, elle a connu une forte expansion sur le marché espagnol. En avril 2021, Ornikar a donc levé 100 millions d’euros auprès de KKR et de ses investisseurs historiques (Idinvest, Bpifrance…). Ce tour de table porte l’ensemble des fonds levés à 146 millions d’euros. De quoi faire d’Ornikar un chef de file dans le monde de la conduite ! Il intervient après une année juteuse au cours de laquelle Ornikar a vu sa croissance par mois s’élevait à 30%. Ainsi l’auto-école en ligne a-t-elle pour ambition de devenir un « leader mondial de la sécurité routière ».

EdTech Top 10 2021
Top 10 des levées de fonds des EdTechs françaises en 2021

La France reste de la sorte fidèle à son image de “start-up nation”. En effet, le paysage EdTech français se compose de quelques grosses têtes matures mais surtout de nombreuses start-ups en amorçage. Autant dire que l’année 2021 démarre sur les chapeaux de roues pour la French Touch de l’éducation !

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts